QUE EL FIN DEL MUNDO TE PILLE BAILANDO

jueves, 3 de febrero de 2011

Km away.

Bizarre, étrange, freaky, égocentrique, égoïste, paranoïque, fatigante, pésimiste, fermée, persistante. Oui, c'est peut-être moi. Persistante quand je veux quelque chose. Pensant toujours vite et mal, et me repentir après. Définitivement, c'est moi. J'ai tendance a penser que je vis dans une espèce de "show de Truman" même si je n'ais jamais vu le film. J'aime penser les choses 578946583 fois, ça me donne une sorte de distraction. Je t'en est averti, je ne suis pas normale. Parler anglais est cool. Je suis en train d'essayer d'écrire quelque chose qui soit cool aussi, mais comme tu peux voir, je ne réussis pas. C'est jeudi après-midi, le seul jour de la semaine où j'aurais pu quitter l'école avant 18:10h, eeeh non, j'avais une conférence sur le sida. Je déteste quitter l'école à 18h10, il fait presque nuit et ça me donne une sensation de perdre tout mon temps là-bas. Oui, perdre. Je veux que l'été revienne, il me manque plus que tout en ce moment. Ici, à Madrid, les températures moyennes en février sont de 5ºc environ. J'espère que l'année prochaine je vais partir, c'est mon rêve depuis longtemps. Je déteste vivre ici en sachant qu'il y a des millions de villes où je pourrais vivre, peut être mieux, peut être pire.. mais différent. Je veux tout simplement partir, a mille kilomètres de cette ville qui m'engoisse, avec tous ces rêves adoléscents qui n'ont aucun sens mais que je réaliserais peut être un jour..
Loin, TRÈS loin.


No hay comentarios:

Publicar un comentario